Aller au contenu principal
Lun - Ven: 8:00 - 17:00
Background image

L’agriculture de demain – Pesticides

Abeille sur fleur rose


Le milieu agricole est en transformation depuis plusieurs années, afin de s’adapter aux changements climatiques, aux besoins de préservation des ressources naturelles, et aux besoins en alimentation de la population grandissante. C’est dans ce contexte que différents programmes de subvention ou de rétribution ont été mis en place, afin d’aider les productrices et les producteurs agricoles dans leur cheminement vers l’agriculture durable. Afin d’éclaircir les enjeux liés à l’agriculture durable, et en s’intéressant particulièrement au contexte régional du Bas-Saint-Laurent, cette série de textes sera basée sur les cinq objectifs du Plan d’agriculture durable 2020-2030 (PAD), c’est-à-dire :

  • Réduire l’usage des pesticides et leurs risques pour la santé et l’environnement;
  • Améliorer la santé et la conservation des sols;
  • Améliorer la gestion des matières fertilisantes;
  • Optimiser la gestion de l’eau;
  • Améliorer la biodiversité.

Revenez la semaine prochaine afin de lire le prochain texte de la série!


Les pesticides sont couramment répandus sur les cultures afin de les protéger et de réduire les risques encourus par la présence de plantes indésirables, d’insectes ou de maladies fongiques. Toutefois, un produit capable d’éliminer des populations indésirables d’êtres vivants doit être utilisé avec soin. S’il se retrouve dans l’air, dans l’eau, ou encore dans la partie consommable de la culture, l’impact sur la santé humaine et sur la biodiversité à l’extérieur du champ peut être important.

Dans le contexte de l’agriculture durable, l’utilisation rationnelle et sécuritaire des pesticides devient un incontournable. Différents outils et pratiques agricoles ont été développés afin d’aider les producteurs agricoles à réduire leur utilisation de pesticides toxiques, tout en minimisant l’impact économique.

Il existe maintenant de nombreuses pratiques agronomiques qui limitent les besoins en intrants synthétiques. La culture intercalaire permet de coloniser le sol avec des plantes non nuisibles à la culture principale; elle empêche les mauvaises herbes de pousser, et aide aussi à la santé du sol et à l’infiltration de l’eau. La technique de faux semis permet de détruire les plantes indésirables avant le semis. Le désherbage physique, qui regroupe des techniques mécaniques, thermiques et électriques, permet de détruire les adventices annuelles sans intrants synthétiques. L’agriculture de précision est de plus en plus accessible suite à la diminution des coûts de l’équipement requis. Elle consiste à optimiser les rendements tout en minimisant l’utilisation de pesticides, en intervenant à une échelle intra-parcellaire sur la santé des plantes cultivées. Enfin, il existe des équipements de réduction de dérive, de pulvérisation en bande, et de pulvérisation localisée qui permettent tous une utilisation de pesticides plus raisonnable et sécuritaire, en diminuant la dispersion hors des parcelles.

Les biopesticides sont des pesticides qui ne contiennent pas de substances synthétiques. Ils sont issus de sources naturelles (bactéries, champignons, minéraux, etc.) et peuvent être une alternative intéressante aux pesticides, puisque leur impact sur la santé humaine et environnementale est moindre. Toutefois, leur usage présente aussi des risques pour l’environnement et la santé, donc ils ne doivent pas être utilisés à la légère. Ensuite, une préservation de la biodiversité a aussi un impact positif intéressant sur l’utilisation de pesticides : elle favorise la présence des prédateurs des ravageurs, permettant de garder les populations de ces derniers sous contrôle.

Plusieurs outils ont été créés afin de rassembler les informations de façon claire et concise. Ce sont des recueils devenus indispensables pour tous les types d’entreprises agricoles. Visitez les liens ci-dessous afin de les explorer :

Un changement de pratiques agricoles qui permettrait d’inclure une combinaison des options décrites ci-dessus aiderait grandement à conserver la santé des zones agricoles. Dans ce sens, le Plan d’agriculture durable (PAD) espère atteindre les cibles suivantes d’ici 2030 :

  • Une réduction de 500 000 kg de pesticides de synthèse vendus;
  • Une réduction de 40 % des risques pour la santé et l’environnement.

De façon plus spécifique au contexte agricole du Bas-Saint-Laurent, deux enjeux identifiés par le PAD requièrent une diminution de l’utilisation des pesticides :

  • Préservation de la biodiversité en milieu agricole. Les intrants synthétiques sont nuisibles pour la biodiversité; de plus, une meilleure biodiversité est importante pour la gestion intégrée des ennemis des cultures.
  • Maintien et amélioration de la qualité de l’eau en milieu agricole. Les éléments toxiques des pesticides migrent dans les eaux souterraines et de surface, nuisant à leur qualité.

Si vous souhaitez poursuivre vos lectures, les liens ci-dessous peuvent être de bons points de départ :





Nos services sont aussi offerts à distance par suivi numérique

Contactez-nous pour une première rencontre

 

Prendre rendez-vous


JMP Consultants

431, rue des Artisans, bureau 200
Rimouski (Québec) G5M 1A4

 418 725-7997
  418 725-7995

 info@jmp-consultants.com

Tous droits réservés © 2020 - JMP Consultants - Réalisation Orizon Média - Connexion